Trois plats incontournables pour s'affranchir de l'ardeur du piment à Séoul

Trois plats incontournables pour s'affranchir de l'ardeur du piment à Séoul

05 août 2019

Goûter la cuisine asiatique est l'une des principales motivations d'un voyageur en périple sur le continent oriental. Reste qu'en Asie, et en tout particulièrement en Corée du Sud, cet art est généralement saupoudré d'un mets qui rebute une grande partie de la population occidentale : le piment. Une question d'habitude, de culture. À Séoul, vous qui n'êtes pas féru de ce condiment infernal, n'échapperez sûrement pas aux incendies buccaux et jugulaires. À moins que...

N'ayez crainte. Vous ne serez pas les premiers baroudeurs occidentaux à fouler le sol sud-coréen. La couleur rouge vive, couplée, surtout, au goût, ardemment masqué par les effluves pimentées, des plats coréens ont déjà effrayé plus d'un d'entre eux. D'autres apprécient cette façon de travailler les épices. Mais la grande majorité a eu le temps de prévenir et de mettre en garde sur ce que l'on peut déguster à Séoul notamment. Les Coréens le savent et ont su adapter certains de leurs plats à une clientèle moins accoutumée. L'apport d'autres cultures dans la capitale coréenne, dû aux migrations et à la mondialisation, a été d'une aide certaine pour renforcer cette volonté d'adaptation touristique. Attention, cela ne veut pas dire que vous trouverez des plats dénués d'épices à tous les coins de rue, mais il vous sera possible de manger à votre convenance, tout en restant dans un cadre culinaire authentique au pays, et au continent asiatique. Voici en ce sens, quelques conseils et adresses pour émerveiller, surprendre, faire voyager vos papilles tout en ne les agressant pas.

Le bulgogi

Le plat souverain de la cuisine coréenne. Tout voyageur qui se respecte doit arriver en Corée en ayant déjà annoté et coché le bulgogi dans son carnet de voyage ! "La viande de feu", sa traduction littérale, est ancrée dans la culture culinaire coréenne depuis des millénaires. Chaque région, chaque ruelle a sa propre façon de la cuisiner. Le mode de cuisson de la viande varie, et cette dernière aussi : on utilise des tranches fines coupées depuis les parties les plus tendres du porc, du poulet, ou du bœuf. C'est d'ailleurs de la viande bovine que les Coréens se servent pour cuisiner le bulgogi dans sa forme originale, primaire. Le concept est simple : griller soit-même ces morceaux de viande qui ont été préalablement marinés dans une sauce sucrée salée à base de soja, de sucre brun, d'ail, de pommes ou de poires. Une fois que la cuisson est terminée, vous pouvez à présent enrouler l'appareil dans une feuille de salade et déguster de façon noble, c'est-à-dire tout d'un coup, sans croquer ! Le riz coréen est un accompagnement également très à propos si le plat a simplement été cuit en sauce.

  Trois plats incontournables pour s'affranchir de l'ardeur du piment à Séoul  

Le restaurant Old School Bulgogi qui se situe dans l'ouest de Séoul est connu pour offrir un excellent rapport qualité-prix avec des portions de bulgogi suffisamment conséquentes. Si vous recherchez une qualité irréprochable, et êtes prêt à y mettre le prix, vous pourrez vous diriger vers le restaurant Tuppul Deungshim, situé en plein centre de la capitale dans le quartier de Yongsan-gu.

Le Jajangmyeon

Inventé de base par des ressortissants chinois il y a un siècle, ce plat de nouilles, devenu typique depuis son adaptation sud-coréenne, est généralement dégusté en grande quantité lors du Black Day, le 14 avril, jour des célibataires. Les nouilles sont mélangées et servies dans une sauce au soja fermenté, aux oignons, et au bœuf. Accompagné d'une jardinière de légumes à base de carottes et de pommes de terre, ce plat fait un véritable tabac auprès des voyageurs occidentaux. Sûrement de par l'absence de piment.

  Trois plats incontournables pour s'affranchir de l'ardeur du piment à Séoul  

Vous pourrez déguster ce mets dans certains restaurants de Séoul, et notamment au Sinseonggak, une enseigne très originale et authentique. Elle se distingue d'abord par la qualité de la cuisson de ses nouilles, et l'ajout goûtu de choux. L'ambiance d'antan et le délice que procure sa cuisine donnent un charme indéniable au lieu. Mais attention il faut respecter certaines règles : ne pas apporter d'alcool, ne pas fumer à l'intérieur, se procurer sa propre eau en amont, et ne pas payer par carte. Ces dogmes valent vraiment la peine d'être tenus.

Le tteokguk

Ce plat authentique de la culture sud-coréenne est adapté aux grands amateurs de soupes ! L'Asie est un continent qui élève la soupe au rang de plat incontournable à déguster plusieurs fois par semaine. Le tteokguk est très célèbre en Corée du Sud car dégusté en masse au nouvel an, entre le 21 janvier et le 20 février de chaque année. Cette soupe apporte, dans la croyance coréenne, de la chance et une année de vie supplémentaire à quiconque la consomme ce jour-là. Loin d'être épicée, elle contient des morceaux de pâte de riz gluant immergés et cuits dans un bouillon de bœuf. On y ajoute de la viande marinée, des œufs, et des algues pour l'assaisonnement. Un plat une nouvelle fois authentique à souhait, qui ravivera vos sens.

  Trois plats incontournables pour s'affranchir de l'ardeur du piment à Séoul  

Le restaurant Koong qui se situe à l'extrémité nord du centre-ville de Séoul, dans le quartier de Jongno-gu, propose une salle ouverte sur la cuisine pour admirer le travail du Chef de l'établissement. Cette ambiance professionnelle est idéale dans l'optique de déguster pour la première fois un excellent tteokguk.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Frederic de "CapCoree". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+33 6 33 21 87 52