Parc national Seoraksan

Situé dans la région orientale de la Corée du Sud, Seoraksan est avant tout un massif rocheux d’une envergure colossale qui fait la fierté du pays. Entouré par une végétation luxuriante et des formations géologiques époustouflantes, il n’est pas étonnant que le site soit classé patrimoine mondial. Le parc national se distingue par sa faune et sa flore sauvage hors de toute interférence étrangère. Comme hors du temps et de l’espace, parmi les chaînes de montagnes Taebaek, il en est le point culminant. Également localisée à proximité de la ville de Sokcho, cette réserve naturelle est préservée des exploitations humaines. Idéal pour ces inéluctables amoureux de nature et de diversité écologique, c’est l’occasion rêvée pour entamer une nouvelle expérience immersive et subjuguant.

Histoire

À l’abri de l’euphorie collective et des pollutions outrageuses des grandes villes, Seoraksan affiche un visage relativement calme et reposant. À l’entrée du parc, on ressent tout le poids et le vestige des croyances bouddhistes et des influences shintoïstes. À part l’apparence inviolée et originelle des lieux, le parc se distingue par la présence de monuments ancestraux, et de statues représentatives des traditions et des croyances communes. Dans l’année 1965, le Gouvernement sud-coréen avait provisoirement déclaré le parc comme étant une réserve naturelle à protéger. Ce n’est que quelques années après que l’UNESCO a pris la décision de déclarer le parc en tant que réserve de biosphère mondiale en 1982. Des ressources inestimables sont cachées dans le sol à l’instar des perles rares et autres gemmes.

Parc national de Seoraksan d’aujourd’hui

Toujours dans le cœur des touristes et les amateurs de la nature, le parc national de Seoraksan ne cesse de séduire des visiteurs grâce à sa grande biodiversité naturelle. Idéal pour des séances de marche et d’escalade, le parc national de Seoraksan réserve des sensations quasiment uniques en leur genre.

Arrivé sur place et passé l’entrée, c’est comme un petit village qui s’étend devant vous : restaurants, cafés et boutiques de souvenirs sont là pour attirer les touristes.

Plus d’une quinzaine de sentiers peuvent être empruntés avec des parcours plus ou moins longs et plus ou moins difficiles allant de la balade d’une heure à la randonnée de 14 heures avec une nuit sur place.

Concernant ces massifs montagneux, ils sont formés notamment de granites volcaniques formés il y a 120 ans et de gneiss précambrien contenant des cristaux de porphyroblastes. Le plus haut sommet, le Daecheongbong culmine à 1708 mètres d’altitude.

Quant à la flore et à la faune, le parc national de Seoraksan offre une biodiversité époustouflante. Abritant plusieurs espèces endémiques en son sein, c’est plus de 1 013 variétés de plantes et d’animaux qui y sont classifiés. Après les études établies, on a répertorié des edelweiss, des plantes vasculaires à savoir les pins nains, les saussuriens, le genièvre, les ifs, les forsythias, et des aubépines. Pour le règne animal, le parc est notamment composé d’ours noirs d’Asie, de girals, de loutres, de cerfs, de faucon crécerelle, d’écureuils volants et d’épervier de Horsfield.

Randonner au Parc national de Seoraksan ?

On s’organise un petit séjour au parc national Seoraksan principalement pour partir en randonnée sur les sentiers du parc. Comme dit plus haut, il existe une quinzaine de parcours permettant de découvrir quelques sites d’intérêts, naturels ou non.

Plusieurs sommets sont accessibles dont le plus célèbre est le Ulsanbawi qui permet de jouir d’un panorama à 360°. Sur le chemin vous pouvez vous arrêtez pour découvrir notamment la statue en bronze de Bouddha dans la vallée et visiter quelques temples dont le Shinheungsa ou le petit Gyejo-am caché dans une grotte qui impressionne par son bouddha en pierre est ses milliers de sculptures. Quelques randonnées conduisent aussi à de jolies cascades :Daeseung Falls, Towangseoung Falls, Yangpok et Biryong Falls.

Certains passages ne sont pas toujours évident et demandent une bonne condition physique mais les splendides vues sur les montagnes alentours et la nature environnante récompense largement les efforts fournis.

Pour les moins sportifs, un téléphérique permet de monter jusqu’à la forteresse de Gwongeumseong.

Le climat

S’il faut parler de la nature du climat, il se caractérise par une abondance de précipitation à raison de 1 000 mm au milieu des terres et 1 300 mm sur le littoral. Le facteur déterminant de ces niveaux de pluies est le typhon. C’est un phénomène météorologique naturel qui se caractérise par de vents violents et des déluges d’eau torrentielle. Lorsque l’hiver prend place, le paysage est complètement changé. Le froid se propage vite et l’atmosphère est extrêmement sèche. La neige y est monnaie courante à cette période. Regroupant plusieurs chaînes de montagnes, les températures peuvent descendre jusqu’à -30 °C.

Comment y aller ?

Généralement, afin d’accéder à cette région, il faudra passer par Séoul. À partir de là, l’Intercity bus terminal se chargera du transport jusqu’à destination. Le stop se fait dans la petite ville de Sokcho. Ici vous trouverez des hôtels, des spa et aussi une plage, souvent déserte mais très agréable.

Il faut compter environ 3 heures de route depuis Séoul. Depuis Sokcho, des bus vous permettent de rejoindre l’entrée du parc. Comptez une heure de route environ.

Bonjour

Je suis Frederic de "CapCoree". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+33 6 33 21 87 52